J’ai enfin trouvé ma voie, mon Ikigaï

In Be powerful by Dira9 Comments

Début 2019, j’ai craqué. J’ai quitté mon job, j’ai tout plaqué. Sur le papier, j’avais tout pour être épanouie dans mon taff : belle boîte, management au top, salaire plus que satisfaisant, clients prestigieux, perspectives d’évolution plutôt sexy… mais ça ne me suffisait pas. Je ne me sentais plus à ma place, et ce sentiment que j’avais depuis si longtemps me pesait trop. Alors voilà, j’ai pris mon courage à 2 mains, j’ai dit stop, et du jour au lendemain, je suis partie.
“Meuf, sois réaliste, une dem ? Pense à la suite, tu vas faire quoi, tu sais même pas où tu veux aller !” Cette phrase, je l’ai entendue pas mal de fois et elle m’a longtemps fait peur. Aujourd’hui, c’est terminé ! J’ai pris le temps de m’écouter, j’ai enfin trouvé ma voie et j’ai hâte de tout déchirer ! 🎉
Je vous explique tout. Commençons par le commencement.

L’importance du parcours scolaire

Tout a commencé au lycée

La fin du lycée arrive, on doit choisir une orientation. Je suis un peu perdue, alors comme tout bon élève 🤓, je vais voir la Conseillère d’orientation : “Mademoiselle, vous êtes très bonne en littérature et en langues. Vous devriez faire Hypokhâgne !“ Heuuu, ouais, bon. #cimerleconseil J’aime bien lire, c’est vrai. Je kiffe l’anglais aussi, c’est vrai. Mais de là à vouloir me spécialiser dans une filière littéraire, peut-être pas non. Je vais plutôt m’orienter vers un truc plus généraliste, histoire de ne pas me fermer de portes. Une école de commerce, c’est bien ça. On fait un peu de tout, ça m’aidera à voir ce que j’aime ou pas.

Hello Paris !

Mon bac et mon concours d’entrée en poche, je m’envole pour une chouette école de commerce Parisienne. Objectif : Master. 👩‍🎓

Les 3 premières années sont assez généralistes : marketing, com, RH, compta… on touche un peu à tout, mais rien ne me PASSIONNE vraiment. A part peut-être les cours sur le marketing digital. C’est vrai quoi, après tout, internet, je suis (presque) née dedans et j’adore y passer des heures ! Et si je me spécialisais là dedans pour mes 2 dernières années ? Allez, BAN-CO !

Et après le master, on fait quoi ?

La fin de la 5e année arrive et mon grand oral par la même occasion. Je dois présenter mon mémoire mais également mon projet professionnel devant un jury. Déjà là, ça coince. Je n’ai aucune idée de quoi présenter, de ce vers quoi je veux aller. Surement le manque d’expérience… Alors je fais des recherches sur les carrières classiques dans le digital et je présente un projet pro qui y ressemble. Ca ne me parle pas des masses, mais c’est cohérent. Le jury valide : à moi le marché du travail. 👩‍💻

Bienvenue chez les grands

Le monde des agences

Je décroche mon premier boulot dans une toute petite agence de marketing digital (on était 4). Je touche à tout, j’apprends plein de choses, je me fais des contacts. Mais au bout de 3 ans, j’ai fait le tour. J’ai envie d’autre chose.

Je pars pour une nouvelle agence, plus grande, plus de clients, plus de budgets. Je monte en compétences, je sors du technique pur et je fais un peu de conseil. Mais malgré ces nouveaux challenges, je m’ennuie. Enfin, je m’ennuie… c’est un grand mot ! Je bosse comme une ouf, je ne compte pas mes heures, la nuit, le week-end. 😰 Maiiis… ça ne m’emballe pas plus que ça. Au contraire, ça commence même à me saouler.

Les premiers doutes pointent le bout de leur nez

Pourquoi ça me saoule autant de faire certains trucs ? Est-ce que c’est parce que la charge de travail est trop lourde ? Que la pression des délais est trop forte ? Est-ce le salaire qui me démotive ? Ou juste que ces tâches là ne me stimulent pas et m’ennuient en fait, tout simplement ? Je commence à me poser des questions.

Du coup, je fais pas mal de recherches sur le sujet. Sur l’évolution de mon secteur d’activité déjà, mais surtout sur l’épanouissement au travail. Je lis des articles, je vais à des conférences. Et je tombe sur un bouquin qui me fait vraiment réfléchir : “La révolte des premiers de la classe”. Dans ce bouquin, l’auteur parle d’un phénomène de société de plus en plus fort. Celui des jeunes ayant fait de grandes études, notamment dans le digital, qui ne trouvent plus de sens dans ce monde dématérialisé, qui font “des métiers à la con”, et qui ont de plus en plus besoin de revenir à des choses plus concrètes, des métiers plus manuels. Ouuuh. #touchée

Quand la quête de sens devient une priorité

C’est vrai quoi, à quoi ça sert ce que je fais au fond, si en plus ça ne me fait même pas plaisir à moi ? 😕
Mais bon, c’est bien beau de se plaindre, fallait peut-être y penser avant. Je sors à peine de mon Master, ça ne fait que 4 ans que je bosse, et je suis déjà en train de râler. Bon, relativisons.
Comment améliorer la situation ?

En voulant creuser ce point, je découvre de concept de l’Ikigaï. Wouaw, RE-VE-LA-TION. Vous avez surement dû en entendre parler déjà, non ?

L’Ikigaï, ou comment donner du sens à sa vie

Traduction sivouplé !

C’est un concept qui vient du Japon. “Iki” signifie “vie” et “gaï” “qui vaut la peine”. Pour faire simple, notre Ikigaï, c’est donc notre raison de vivre, ce qui nous fait nous lever le matin. Et pour les Japonais, il est indispensable de trouver le sien pour être plus heureux et donner plus de sens à sa vie. Ouuuh. #re-touchée

Pour trouver son Ikigaï, il faut s’interroger sur 4 grands sujets :

  • Qu’est-ce que j’aime faire dans la vie ? Quelles sont les activités que je pourrai faire pendant des heures sans voir le temps passer, qui me procurent du plaisir ?
  • De quoi le monde aurait-il besoin pour aller mieux ? Quels sont les problèmes de société majeurs aujourd’hui ? Quelles sont les causes qui me parlent ?
  • Dans quoi suis-je particulièrement douée ? Quel est mon talent ? Qu’est-ce que je sais faire mieux que les autres ?
  • Quels sont les atouts que je pourrai mettre au service d’une boîte pour recevoir une rémunération ? Qu’est-ce que je pourrai faire pour créer de la valeur, rendre service aux gens et du coup leur donner envie de me payer pour ça ?

Quand on a répondu à toutes ces questions, il faut faire un vrai travail d’introspection 💬. C’est la partie la moins facile, celle qui prend généralement le plus de temps.

Trouver l’équilibre

L’objectif de cette introspection : trouver le point commun entre TOUTES nos réponses, le fil conducteur qui relie ces 4 grands sujets de réflexion. Ne lier que 2 sujets sur 4 ne nous nous permettra pas de nous épanouir totalement, car ce sera toujours source de frustrations (cf les petits numéros sur le schéma ci-dessus).

Le parfait équilibre entre nos 4 sujets, qui regroupent à la fois la vie pro et la vie perso, c’est donc LA ⤵️ que se trouve notre raison de vivre. Huuum, donc le taff peut aussi être une source de bonheur à part entière ? 🤔

J’avais tendance à me dire que me défoncer au taff était juste un moyen d’avoir le salaire pour pouvoir m’épanouir en dehors : en me payant des cours de sport, une paire de pompes trop stylée, des bons restos, des vacances de ouf… mais pourquoi se faire du mal et voir les moments de détente comme des récompenses alors que le boulot en lui même pourrait être un kif en vrai ?

Ma prise de conscience

La boîte de la dernière chance

Printemps 2018, je commence vraiment à en avoir marre. Et là, une chasseuse de tête me contacte. Elle a un super poste pour moi : boîte de renom, job à responsabilités, +20% de salaire par rapport à mon poste actuel… Je me tâte. Le job en lui même ne me passionne pas, je le sais. Mais avec un salaire pareil, je pourrai quand même mettre de côté pour un éventuel nouveau projet pro, lorsque j’aurai très très envie de changement ? 🙄
J’hésite. Je retourne le truc 1 000 fois dans ma tête. Tout le monde me dit que c’est une super opportunité. Je me laisse convaincre à moitié et j’y vais. De toute façon, ça ne pourra pas être pire que là où je suis aujourd’hui…

Et ce qui devait arriver arriva…

…et bien si ! Après à peine quelques jours dans ma nouvelle boîte, je sens que quelque chose cloche. Ca ne va pas, je n’ai pas envie d’être là. Je ne me sens vraiment pas à ma place. J’en parle avec mon manager, il essaye de me rassurer, moi j’essaye de le croire. Mais les semaines passent et l’angoisse grandit.

Pour les fêtes de fin d’année, je pars en vacances 3 semaines. Le soleil, la famille et la déconnexion me font trop du bien. Mais à mon retour, c’est pire. 534 mails dans ma boite, une masse de taff à rattraper, des projets auxquels je ne crois pas à aller défendre chez le client. Cette impression de ne pas être à ma place et d’être arrivée jusqu’ici par défaut et pas par réelle envie me chamboule. #daaamn Ce n’est pas possible, je ne vais pas réussir à me remettre dedans.

Toujours être attentive aux signes, TOU-JOURS…

C’est alors que j’entends parler de Wake Up, première école de développement personnel en France, via un post sur Insta qu’Alex m’avait envoyé. #rightontime C’est une vidéo, un témoignage, d’une fille qui a suivi leur programme de bilan de compétences et qui a adoré ça. Je clique. Et boum, je tombe sur la présentation du programme : le programme IKIGAÏ. Un accompagnement sur 1 mois pour faire le point sur qui nous sommes et ce que nous voulons vraiment. Si ça ce n’est pas un signe…

Wake Up, le coup de boost dont j’avais besoin

Juste une question de feeling

Des organismes d’accompagnement à la reconversion pro, j’en avais déjà rencontré plusieurs. A chaque fois, je m’étais dis “ça à l’air top, c’est ça qu’il me faut !” sans pour autant sauter le pas. Mais avec Wake Up, ça a été différent.

J’ai commencé par faire le test de personnalité qu’ils proposent sur leur site. Les résultats étaient troublants de vérité. Assez pour que ça me donne envie d’aller les rencontrer lors d’un petit déj qu’ils organisaient. Ca respirait les bonnes vibes là-bas. On s’est rappelés quelques jours plus tard pour parler de mon état d’esprit, de ce dont j’avais besoin, de ce que j’attendais d’un accompagnement comme le leur. Et ça a “matché”, le feeling est tellement bien passé ! C’était sûr, il fallait que j’y aille ! 😊

”Au revoir, au revoir Présideeeeeent !”

Plus de doute, je ne pouvais plus continuer dans ce boulot qui me prenait autant d’énergie et ne m’apportait aucune joie. Mon bonheur était ailleurs, et Wake Up allait m’aider à le trouver. Je me suis donc inscrite à prochaine promo Ikigaï et en parallèle, j’ai mis fin à mon taff. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de chance car j’ai eu un management hyper compréhensif qui m’a accordé un départ rapide et une rupture conventionnelle, ce qui m’assurait de partir l’esprit plus tranquille en ayant mon chômage par la suite 🙏 (ce qui n’aurait pas été le cas si j’avais dû poser une démission, pensez bien à assurer vos arrières les filles !).

Une expérience incroyable

4 jours après avoir quitté mon taff, j’ai démarré le programme Ikigaï. 4 semaines pour me concentrer uniquement sur moi, mieux comprendre qui j’étais, mes valeurs, mes modes de fonctionnement, mes envies, mes rêves et mes peurs. Tout ce temps pour ne penser qu’à soi, c’est vraiment un luxe. Mais c’est tellement nécessaire !
Échanger avec un groupe dans le même état d’esprit que soi, être dans une bonne dynamique, ça rassure. On peut parler librement, sans la peur du jugement qu’on peut parfois avoir avec la famille ou les proches. Et on peut aussi avoir un regard extérieur, neutre et bienveillant sur nos envies, nos projets.

J’ai (ré)appris tellement de choses sur moi-même, fait remonter tellement d’envies cachées depuis si longtemps par la peur et le manque de confiance ! Ce bilan m’a vraiment fait du bien, et aujourd’hui, je sais (ou du moins j’ai redécouvert) ce qui me fait vibrer, je n’ai plus peur de le dire et je suis prête à me donner à fond pour y arriver. Quand je vois toute l’énergie que j’ai mis avant dans des jobs qui ne me plaisaient pas, si je fais quelque chose que j’aime, cette même énergie me fera déplacer des montagnes, j’en suis sûre ! 💥

Et maintenant ?

Et bien à moi de jouer. Je suis encore en exploration pour le moment. Je dois réfléchir à certaines pistes pour affiner mon projet et voir comment je veux l’articuler. Et ça passera par :

  • des rencontres (avec des professionnels du secteur, des entrepreneurs…)
  • des formations (pour acquérir les compétences qu’il me manque à date)
  • et peut-être même des stages ou des petits jobs dans mon nouveau secteur ?

Je vais devoir redoubler d’effort pour apprendre, me former, répondre à toutes mes questions, lever tous mes freins et avoir ainsi toutes les armes et un plan d’attaque BE-TON pour aller au bout de mes rêves. Mais quand on fait les choses avec le coeur ♥️, ça ne peut QUE fonctionner, j’en suis sûre. Et dans mon coeur, ça vibre tellement fort maintenant que je n’ai aucune raison d’avoir peur !

Monsieur Gandhi disait que “le secret du bonheur, c’est l’alignement entre ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites. » Moi, je crois que mes planètes sont vraiment en train de s’aligner 😉

Pour avoir discuté avec pas mal d’entre vous via notre compte Instagram, je sais que vous êtes nombreuses à être dans le doute comme j’ai pu l’être et à avoir envie d’autre chose. C’est fou toutes les raisons que l’on trouve pour se convaincre que sortir de sa zone de confort est dangereux. Certes, ça peut l’être. Mais si vous vous y préparez correctement, vous n’en sortirez que plus grandes.
La vie est courte et le bonheur n’a pas de prix les filles. Comme je le dis toujours, mieux vaut vivre avec des remords qu’avec des regrets. Alors écoutez-vous. Soyez attentives aux signes que l’on vous envoie. Faites-vous accompagner, à plusieurs, on va plus loin. Entourez-vous des bonnes personnes, celles qui seront toujours là pour vous booster et vous tirer vers le haut, et non celles qui attiseront vos peurs. Criez vos rêves : juste d’en parler, ils deviennent déjà plus concrets. OSEZ. Vous y arriverez ! 👏🏽 #tobecontinued

Dira.

Comments

  1. J’ai adoré lire cet article ! Hâte de découvrir la suite 🤗🤗🤗

  2. Hello ma Dira 🙂 Cet article est comme un smoothie, un concentré de vitamines qui ne peut qu’apporter de bonnes choses.
    Bravo pour ton courage et je pense que le meilleur est à venir !
    Des bisous ensoleillés

    1. Author

      Merci ma Kirikette ! L’heure est venue pour moi de conquérir le monde ! ♥️

      1. Merci pour ce superbe article Dira …
        Te lire me redonnes de la force pour continuer ma quête 😉
        Bisou.

        1. Author

          Wouaw, ce retour me fait vraiment plaisir ! Si cet article peut aider ou rebooster, j’en suis ravie !
          Bon courage dans la quête de ton Ikigaï ma belle 😘

  3. Pingback: Oser être soi-même avec les autres - Blossom Up

  4. Pingback: Blossom Up : un concentré de Positive Attitude - Blossom Up

  5. Super article Indira! Il résume à merveille les phases par lesquelles on passe toutes.
    J’étais avec toi le jour du grand oral…tout pareil!!!
    Aujourd’hui, je suis retournée dans un lycée agricole me former et j’ai monté ma boite depuis 2 ans! Je te souhaite de trouver ta voie et de te lancer. C’est (presque) que du bonheur 😁😁
    Bisous

    1. Author

      Mylène merci pour ce petit message, il me fait vraiment plaisir !
      Je sais que tu es passée par là toi aussi et je suis sure qu’on y trouvera notre bonheur 😉
      Bisous !

Leave a Comment

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.