Multimasking : pourquoi, quand et comment ? On vous dit tout !

In Peau by Dira1 Comment

C’est dimanche, l’après-midi touche à sa fin. Vous avez passé le week-end à cavaler : sport samedi matin, shopping avec votre bestie samedi après-midi, dîner entre potes samedi soir, et votre journée d’aujourd’hui à été dédiée aux courses, au ménage, à la paperasse et tutti quanti… Vous n’avez plus d’énergie: #grosseflemme. Il est maintenant l’heure de vous poser et de prendre un peu de temps pour vous. Quoi de mieux qu’une soirée cocooning ?
Vous vous dites alors : “Tiens, et si je faisais un petit masque ?“ Bah ouais quoi, un masque c’est facile : tu tartines… et tu attends les doigts de pieds en éventail ! Puis vous ouvrez vos placards, et là, c’est le drame. 12 pots et 5 tubes vous font face : des masques visage pour les peaux sensibles, sèches, irritées, tachées, ou encore déshydratées… Mais comment choisir le bon ? Combien de masques faire ? #mégagrosseflemme
Rassurez-vous, j’ai une solution qui devrait vous plaire : j’ai nommé le multimasking !

Le multimasking, qu’est-ce que c’est ?

La technique du multimasking est devenue une vraie tendance soin ces derniers mois sur les réseaux sociaux. Mais elle ne date pas d’hier, non non non ! C’est un rituel venant d’Asie, employé depuis de nombreuses années dans les instituts de beauté. Le mot multimasking vient de la contraction de “multitasking” et “mask” (“multi-tâches” et “masque” en anglais). Il représente le fait d’appliquer plusieurs masques en même temps sur son visage. Mais pourquoi plusieurs masques ? Selon le type, l’état de la peau et les différentes parties du visage, nous n’avons pas les mêmes besoins. Il nous faut donc des soins adaptés à chaque zone. Et des zones il y en 3 principales :

  • la zone T, avec le front, le nez et le menton
  • les joues
  • l’oval du visage… sans oublier le cou !

Prenons l’exemple de la zone T. C’est ici que se concentre une grande partie des glandes sébacées, qui produisent du sébum. C’est pourquoi cette zone est souvent grasse, soumise à des problèmes de brillance, de pores dilatés et autres petites imperfections. Elle aura besoin d’être assainie avec des masques de type argile, charbon, ayant des textures gommantes ou peel-off. En revanche, sur les joues par exemple, les glandes sébacées peuvent être un peu moins présentes et moins développées : ces zones ne rencontreront donc pas les mêmes soucis que la zone T et auront besoin d’autres produits plus adaptés.

Comment savoir quels masques appliquer et comment procéder ?

Le masque est une étape à part entière de la routine peau (on vous en parle prochainement dans un nouvel article 😀 ). Il est donc important d’en faire régulièrement, entre 1 et 2 fois par semaine. Et pour rendre cette routine personnalisée, quoi de mieux que le multimasking ?

Avant toute chose, préparez le terrain

Avant de se lancer et de se tartiner allègrement la face, un état des lieux est nécessaire.
Tout d’abord, quel est votre type de peau : sèche ? grasse ? mixte ?
Quel est l’état de votre peau : déshydratée ? sensible ? mature ?

Au-delà de ça, il faut aussi observer les réactions de votre peau, ses problèmes récurrents et les sensations qu’elle vous procure : est-ce qu’elle brille ? est-ce qu’elle tire ? a-t-elle tendance à rougir ? avez-vous le teint terne ? Une fois que vous avez bien identifié toutes les problématiques que vous aimeriez améliorer, choisissez des masques adaptés à chacune d’entre elles.

Pour commencer, il faut que votre peau soit bien propre : démaquillée et nettoyée. Dans l’idéal, un gommage tout léger serait parfait pour vraiment vous débarrasser des petites peaux mortes et de toutes les impuretés. Votre peau sera ainsi mieux préparée à absorber les bienfaits des masques que vous allez appliquer.

L’heure du tartinage a sonné !

  • Vérifiez les temps de pause de chacun des masques pour pouvoir les appliquer de manière séquencée : commencez par mettre ceux ayant le temps de pose le plus long et finissez par ceux ayant le temps de pose le plus court. Cela vous évitera de laisser poser les masques trop longtemps ou de galérer à devoir vous rincer le nez au bout de 10 minutes mais pas les joues, et vice versa. (Quoique… ça peut être un beau challenge !) 😀

    Attention : même si une zone de votre visage a de multiples besoins, éviter de mixer deux masques
    sur une seule et même zone.
    Cela pourrait empêcher la bonne pénétration des masques (si les couches sont trop épaisses), créer des irritations, voir même annuler les bienfaits du soin si les deux masques utilisent des actifs différents qui ne fonctionnent pas bien ensemble.

  • Pour éviter que les masques ne se mélangent, privilégiez les textures peu liquides pour ne pas qu’elles coulent.
  • Utilisez un pinceau à poils plats ou en silicone pour l’application des masques, elle sera ainsi homogène et les zones mieux définies. Pour celles qui préfèrent l’application au doigt, faites-vous plaisir ! Mais toujours avec les mains biens propres, cela va de soi 😉

    Et après le soin ?

    Après avoir rincé les masques, finissez par un court massage de la peau : des petits tapotements du bout des doigts, du centre du visage vers l’extérieur. Cela activera la circulation du sang et aidera la peau à mieux absorber les actifs des masques.

    Le multimasking : des avantages à la pelle

Ici, j’utilise un masque à l’argile verte de chez The Body Shop sur la zone T et un un masque à l’argile rose de chez Sephora pour les joues, l’oval du visage et le cou.

Vous l’aurez compris, le multimasking est LA technique qui vous permet de prendre soin de votre peau de manière personnalisée tout en gagnant du temps : fini les soins qui durent des heures et dont les effets ne sont pas à la hauteur de nos espérances.

Si aujourd’hui les masques proposés sur le marché restent encore “classiques”, et j’entends par classiques dédiés à une seule problématique à la fois, de plus en plus de marques surfent sur la tendance du multimasking et proposent des kits tous prêts avec plusieurs masques répondants à différentes problématiques : de quoi vous simplifier la vie.
En revanche, ces kits restent tout de même “standards”. Un kit pour peau mixte proposera 99% du temps un masque assainissant pour la zone T et nourrissant pour le reste du visage. Même si vous avez ce type de peau, cela ne vous conviendra pas forcément, car vous aurez peut-être une peau sensible qui ne supporte pas le côté asséchant et exfoliant du masque assainissant.
Il est donc important de bien être à l’écoute de vos besoins. Et pourquoi ne pas préparer vous mêmes vos masques maison ? Vous serez ainsi sûres d’avoir un produit personnalisé et répondant exactement aux attentes de votre peau.

Pour vous donner quelques idées, les zones grasses aimeront les ingrédients comme l’argile qui régulera la production de sébum ou le citron qui assainira et redonnera de l’éclat.
Les zones sèches, elles, apprécieront davantage l’argan, l’avocat ou le camélia qui protègent et nourrissent en profondeur.
Enfin, les zones déshydratées tomberont folles amoureuses du concombre qui apportera fraîcheur, hydratation et tonus.

Les filles et moi avons quelques idées de recettes de masques maison en tête à tester, on vous en reparlera très bientôt… 😉 Et puis, on ne va pas se mentir… le multimasking a un côté plutôt ludique et visuel: une bonne raison de poster de nouveaux selfies sur Instagram, et même plus besoin de filtre “chien” pour la touche fun ! 😀

Alors, convaincues ? A vos masques, prêtes, tartinez !

Dira.

Comments

  1. Pingback: Nos favoris masques visage - Blossom Up

Leave a Comment

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d’apparaître.